Retour à la page d'accueil

AD62 4E73/628 1698-1704 (1) f°159v°-f°161v°

En marge: La minutte est au gros

Pardevant les nottaires roÿaux soubsignéz sont comparus Louis Dewamin fils a marier des deffuncts Pierre et Antoinette Carpentier adsisté de Pierre son frere de Jean Hannedouche et Margueritte Carpentier // sa femme ÿcelle cousine germaine dud. Louis dems au village de Sains d'une part Fcoise Depréz fille a marier de Pierre baillÿ et receveur de la terre et baronnier de Torsÿ demt au Ploich paroisse de Fressin et de deffuncte Barbe Caulier assistée d'yceluÿ son pere de Marie Flamend sa sa femme de maître Antoine Flamend pbre cure de Wandosme frere d'ycelle Marie de Marie Barbe Depréz sa soeur a marier d'autre part et recognurent lesd. parties que pour parvenir au traité de mariage pourparlé d'entre ledit Louis deWamin et lad. Fcoise Depréz lequel au plaisir de Dieu se fera parfaire et sollenisera en notre mere la sainte eglise mais auparavant qu'entre eux ÿ ait aucune foÿe lien ou promesse de mariage les dons, portemens, et retours d'yceluÿ ont esté traitéz et conditionnéz comme s'ensuit c'est a scavoir qu'a l'egard de celuÿ dud. mariant, il a declaré luÿ competer la cincquiesme partie des biens tant immobiliaires que mobiliaires a luÿ succedéz et echeus par le trépas de ses pere et mere impartis avecq ses freres sans en faire autre declaration duquel ensemble de la bonne vie, fame et renommé d'yceluÿ lad. mariante s'en est tenu et tient pour contente, et quant a son portement led. Pierre Depréz et sa femme a ces fins comparans ÿcelle pour ce bien et deument // authorisée de son marÿ et sans contrainte sÿ qu'elle a declaré luÿ ont donné pour audit mariage parvenir la somme de quatorze cens livres a paÿer scitot la consommation du present mariage avec plusieurs moeubles a usage de tenir ménage comme ils voudront avoir honneur laquelle au surplus at encore sa part immobiliaire impartie avecq ses freres et soeurs et a eux echeus par le trépas de sa ditte mere qui est aussÿ tout le portement de laditte mariante sinon qu'elle viendra dans les successions tant imobiliaires que mobiliaires que delaissera led. Depréz son pere sans neanmoins qu'yceluÿ puisse estre privé d'avantager l'un de ses enfans plus que l'autre soit par testamt ou autrement, en rapportant les donnations cÿ dessus dans lesquelles sont comprises les successions mobiliaires de lad. Barbe Caulier sa mere, et que led. Depréz at accordé representation en faveur des enfans qui naîteront du present mariage en cas de predeced de sad. fille avant luÿ pour venir dans les successions susdittes et qui at esté convenu entre les parties que de leurs portements mobiliaires il ÿ aura a chacun d'eux la somme de sept cens livres qu'ils leurs tiendront nature de propre et d'heritage cottier a effect de retours a leurs heritiers suivant cette stipulation et reglans les parties sur la dissolution du present mariage par le trépas dud. mariant soit qu'il ÿ ait enfant vivant aparant a naître ou non en ce cas elle aura pour douaire prefix et amandemt de mariage compris ses portemens // et donnations ensemble ce qui luÿ tient nature de propre sur les plus clairs et apparans biens que led. mariant delaissera sans charge de debtes la somme de dix huit cens livres ou bien si mieux elle aime elle poura prendre et apprehender son droit de douaire coûtumier avecq la moitié des biens de la communauté en paÿant moitié debtes et auquel des deux elle se tienne elle aura elle aura d'avant part ses habits ses linges, son lict ses bagues en tel estat qu'ils seront lors trouvéz avecq les patrimoniaux par elle portéz ceux que constant ce present mariage luÿ pouront echeoir ou la valeur si vendu, chargéz ou alienéz estoient et par fait contraire si laditte mariante predecedoit led. mariant sans delaisser enfant il sera tenu de rendre et restituer eux plus prochains parens et heritiers d'ycelle six mois après son trépas la somme de noeuf cens livres avecq les habits et linges d'ycelle deffuncte ou bien pouront lesd. parens et hers apprehender la moitié des biens de la communauté en paÿant moitié debtes et si lesd. marians font quelques acquestes durant leur conjonction de quelles natures elles puissent être elles seront communes entre eux soit que la mariante ÿ soit cognu ou non le tout voulu consenti et accordé nonobstant us stil coutume ou rigeur de droit a ce contraire a quoÿ les parties ont derogé et derogent promettans ce que dessus tenir entretenir et le tout accomplir soub l'obligation de leurs biens et heritages // prs et futurs sur lesquels ils accordent mise de fait pour scureté que dessus domicile eleu au chaau de ce lieu a juges messrs du Conseil d'Artois et infrs rcans a touttes choses contraires fait et passé a Fressin le vingt quatriesme jour de maÿ 1701 pdevant nottes royaux soubsignéz estoient signéz tous les comparans cÿ dessus a la minutte de leur soing manuel et coe nottes F.Viollette et J.Cornuel

Signé: F.Viollette